Haut

Notes méthodologiques

Rapports et notes méthodologiques détaillant la méthode employée à chaque étape du projet d'identification d'un trame écologique du Massif central avec extension vers les Pyrénées.

Notes méthodologiques : Cartographie des étagements de végétation

 

Dans le cadre du projet d’identification d’une trame écologique du Massif central avec extension vers
les Pyrénées, une première étape de cartographie de l’occupation des sols a été réalisée afin d’identifier les grands types de milieux qui composent le territoire d’étude (l’ensemble du Massif central et du Languedoc-Roussillon). Pour ce faire, la typologie des données d’occupation des sols Corine Land Cover (CLC) a été affinée grâce à l’apport de données complémentaires, et en particulier celles relatives à l’étagement de la végétation. La présente note méthodologique détaille les travaux menés pour élaborer la cartographie des étagements de végétation utilisée pour préciser l’occupation des sols. Cette cartographie repose sur une approche biogéographique basée sur une modélisation réalisée à partir de la carte de la végétation au 1/200 000e  et prenant en compte différents critères dont l’altitude, la latitude, la position régionale et l’exposition.

Notes méthodologiques : Contribution du RPG à l’analyse de l’occupation des sols

 

Afin d’affiner l’analyse de l’occupation des sols réalisée à partir des données Corine Land Cover CLC, l’utilisation des données du Registre Parcellaire graphique (RPG) a été testée. Cette piste a été explorée sur le territoire du Parc naturel régional des Causses du Quercy et a permis de préciser la typologie des milieux agropastoraux. Cependant, ce travail n’a pas pu être généralisé sur l’ensemble de la zone d’étude dans la cadre des moyens et délais impartis au projet. La présente note méthodologique détaille la démarche méthodologique mise en œuvre pour croiser les données du RPG avec les données CLC et présente les résultats obtenus sur le territoire test des Causses du Quercy.

Notes méthodologiques : Identification des structures bocagères

Les milieux agropastoraux sont souvent étroitement imbriqués avec une couverture boisée. Cette couverture peut être très hétérogène tant en surface qu’en « forme » de boisement (haies plus ou moins épaisses, bosquets, …). Les zones composées d’une densité importante de haies et de bosquets représentent des zones potentiellement favorables à de nombreuses espèces et notamment à des espèces forestières ou de lisières, pouvant contribuer ainsi à la sous-trame forestière. Ces éléments bocagers ne peuvent être distingués à partir de CLC, aussi des travaux ont été menés à partir de photo-interprétation pour distinguer les secteurs agro-pastoraux présentant un bocage important. Les résultats obtenus sur le territoire-test du Parc des Causses du Quercy correspondent à la réalité du terrain.

La présente note méthodologique détaille la méthode mise en œuvre pour cartographier les éléments bocagers et prendre en compte cette donnée pour préciser l’analyse des milieux agropastoraux cartographiés à partir de CLC.

Notes méthodologiques : Identification des zones humides potentielles

Afin d’essayer de préciser les données CLC, et faute d’inventaires exhaustifs des zones humides, une modélisation des zones de présence potentielles de zones humides a été testée sur l’ensemble du territoire d’étude. Ce test s’appuie sur la méthodologie développée par le CRENAM (en partenariat avec le bureau d’étude Asconit consultants) dans le cadre de l’étude de prédétermination de zones humides du bassin Loire-Bretagne. De par l’étendue et l’hétérogénéité géologique et climatologique du territoire d’étude, et du manque de disponibilité de certaines données, ce test n’a pu aboutir à des résultats satisfaisants dans les moyens et délais impartis au projet.

La présente note détaille les travaux réalisés et les difficultés rencontrées dans le cadre de ce test.

Méthodologie d'identification des zones humides potentielles du bassin Loire-Bretagne (publication)

Publication sur la mtéthode de détermination des zones humides potentielles du bassin Loire-Bretagne du CRENAM pour le compte de l'Agence de l'Eau.

Note méthodologique : Identification des cordons rivulaires
Notes méthodologiques : Analyse de l’occupation des sols

 

Dans le cadre du projet d’identification d’une trame écologique du Massif central avec extension vers les Pyrénées, une première étape de cartographie de l’occupation des sols a été réalisée afin d’identifier les grands types de milieux qui composent le territoire d’étude (l’ensemble du Massif central et du Languedoc-Roussillon). Pour ce faire, la typologie des données d’occupation des sols Corine Land Cover (CLC) a été affinée grâce à l’apport de données complémentaires, et en particulier celles relatives à l’étagement de la végétation. La présente note méthodologique détaille la méthode mise en œuvre pour affiner cette typologie et présente les résultats obtenus. 

Notes méthodologiques : Analyse de la fragmentation

L'analyse de la fragmentation du territoire par les principaux obstacles terrestres existants (tissus urbains et infrastructures linéaires de transport) a été réalisée à chaque étape, en « superposant » ces derniers a posteriori aux autres types d'occupation des sols (milieux forestiers, agropastoraux, etc.), puis aux réservoirs de biodiversité et zones de connectivité potentiels identifiés afin de compléter l'analyse de la trame écologique potentielle.

La présente note méthodologique détaille la méthode mise en œuvre pour cartographier ces principaux obstacles et analyser la fragmentation du territoire.

Notes méthodologiques : Identification des réservoirs de biodiversité potentiel

 

Pour définir les réservoirs de biodiversité à l’échelle du Massif central étendu jusqu’aux Pyrénées, après de nombreux débats en comité technique et scientifique, il a été décidé de ne pas baser la réflexion sur les zonages réglementaires, de labellisation et de connaissance existants (hétérogènes à l’échelle de travail car non identifiés dans un objectif de cohérence interrégionale) mais de développer une approche permettant d’évaluer le potentiel écologique des milieux de façon homogène sur l’ensemble du territoire d’étude (et confronter les résultats à ces zonages). L’approche développée dans le cadre de ce projet repose, ainsi, sur l’étude de la structure et de l’organisation de la mosaïque paysagère, la représentativité des milieux, les contextes abiotiques, etc. Ces facteurs sont en effet des éléments contribuant de façon importante à la diversité biologique. La démarche a donc consisté à définir, évaluer puis combiner différents critères homogènes sur l’ensemble de la zone d’étude permettant de
caractériser la diversité biologique potentielle de la mosaïque paysagère et de distinguer les zones potentiellement très riches (réservoirs de biodiversité potentiels) du reste du territoire.

La présente note méthodologique détaille la méthode mise en œuvre pour cartographier les réservoirs de biodiversité potentiels sur l’ensemble du territoire d’étude et présente les résultats obtenus.

Note méthodologique : Analyse de la connectivité

Après l’identification des réservoirs de biodiversité potentiels, il a été expérimenté une analyse de leur connectivité basée sur la structure globale du territoire. En s’appuyant sur des modélisations SIG, les zones potentiellement favorables aux déplacements d’une majorité d’espèces de faune et de flore ont été cartographiées entre les réservoirs de biodiversité potentiels afin de mettre en évidence des corridors écologiques potentiels multi-trames et plurispécifiques. La méthode retenue s’appuie sur le postulat qu’une espèce, quelle qu’elle soit, a plutôt tendance à emprunter et utiliser (pour ces déplacement, son alimentation, sa reproduction, etc.) des milieux dont la qualité écologique est la meilleure. Afin de compléter
l’analyse de la trame écologique potentielle, les principaux obstacles ont été superposés aux résultats obtenus. La délimitation synthétique et schématique des réservoirs de biodiversité et des corridors écologiques du Massif central et du Languedoc-Roussillon, relevant d’orientations stratégiques et politiques concertées, n’a pas été réalisée dans le cadre de cette étude expérimentale.

La présente note méthodologique détaille la démarche méthodologique mise en œuvre pour analyser la connectivité écologique du territoire et présente les résultats obtenus.

 
 
Powered by Phoca Download

Recherche

Partenaires techniques

 

logo laboratoires

Avec le soutien financier de

Logo MEEDDM

logos des Parcs du Massif central